Gabriela, girofle et cannelle : Chronique d'une ville de


  • Broché
  • Gabriela, girofle et cannelle : Chronique d'une ville de l'Etat de Bahia
  • Jorge Amado
  • Français
  • 23 October 2018

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Gabriela, girofle et cannelle : Chronique d'une ville de l'Etat de Bahia1925 Ilh us, petite ville c ti re et cacaoti re au sud du Br sil Lorsque la cuisini re du bar Le Vesuvio d missionne la veille d un important repas d affaires, Nacib, le patron, n a d autre choix que trouver la perle rare Il embauche alors la sublime Gabriela, envo t par son odeur de girofle et de cannelle et, pour mieux la garder, finit par l pouser Mais Nacib est un homme extr mement jaloux et Gabriela, loin d tre femme se laisser mettre en cage Fort heureusement pour elle, Ilh us aussi la civilisation est en marche, et dans son sillage, un parfum de changement, un vent de libert.Jorge Amado na t en 1912 Ferradas, dans une plantation de cacao du Sergipe, au sud de la province br silienne de Bahia, terre violente que les planteurs se disputent arme au poing Les J suites de Bahia, chez qui il entre en internat dix ans, voient en lui une vocation de futur novice Trois ans plus tard, ils disent une messe d action de gr ces lorsqu il s enfuit apr s s tre proclam ath e et bolcheviste On le retrouve, deux ans apr s, travaillant dans un journal, puis Rio de Janeiro o il tudie le droit C est en 1931, apr s l arriv e au pouvoir du dictateur Getulio Vargas, que Jorge Amado, journaliste d butant, publie son premier roman, Le Pays du Carnaval Il a dix neuf ans Il refusera jusqu au d but des ann es 90 que soit traduit O Pa s do Carnaval Sans doute parce qu ensuite, tout au long de son existence, il refusera le scepticisme condescendant qui caract rise Paulo Rigger, personnage principal du livre Tout le pessimisme qui transpara t dans ce roman est compl tement artificiel C est une attitude na vement litt raire C est la m me ann e qu il se met militer tr s activement au Parti Communiste, alors interdit au Br sil Sa vie, d s lors, n est qu une suite d exils, d errances et de retours Emprisonn une douzaine de fois, ses livres br l s et interdits, contraint de s exiler en Argentine en 1941, puis de retour Bahia en 1943 lorsque le Br sil se range aux c t s des Alli s contre l Axe, lu d put communiste en 1945, de nouveau contraint de s exiler en 1948 lorsque le Parti Communiste est r interdit, r fugi en France, expuls de France et interdit de s jour pendant 16 ans, militant itin rant dans les d mocraties populaires durant la guerre froide, revenu au Br sil apr s avoir re u le prix Staline Il ne faut donc pas s tonner que ses premiers livres refl tent son engagement Cacao, Suor, qui d crivent la mis re et l oppression des classes populaires br siliennes Pourtant partir de Bahia de Tous les Saints 1935 et de Mar Morto 1936 , le souffle pique l emporte sur l aspect militant, sans pourtant le diminuer mais en chappant au communisme romantique des crits de jeunesse qui teintait quelque peu ses personnages de superficialit C est 1954 qui marque le v ritable tournant il d cide de s loigner du parti pour crire Gabriela, girofle et cannelle et n tre enfin plus qu un ob de Bahia, dignitaire du candombl dont il ne d voilera jamais que des bribes, devenir finalement, comme il se d crit lui m me l anti docteur par excellence l anti rudit, trouv re populaire, crivaillon de feuilletons de colportage, intrus dans la cit des lettres, un tranger dans les raouts de l intelligentsia Il chantera d sormais Bahia, les f tes chez les amis, les chansons de Vinicius de Moraes, la cuisine afro bahianaise l huile de palme et au lait de coco, la cacha a, la vatap et les moquecas dont les noms sont d j des voyages, et les femmes, toutes les femmes professionnelles, occasionnelles, dames putes , filles de famille ou patriotes qui se donnent gracieusement aux anti fascistes et que, dans ses Navigations de cabotage , il appelle toutes d un seul nom, Maria Maria chacune, toutes, passag res embarqu es aux escales, ombres fugaces sur les quais du port, de port en port, ronde du vieux marin Cet anti docteur a pourtant re u tous les prix imaginables, sauf le Nobel Il est le romancier le plus c l bre de et dans son pays, traduit dans plus de quarante langues, et avec quelques footballeurs, le Br silien le plus connu l tranger, sans doute, et c est le paradoxe, gr ce aux dictatures qui l ont contraint vivre si longtemps en exil Immens ment populaire au Br sil, symbole du syncr tisme br silien n de la n cessit o se sont trouv s les Noirs, pour pouvoir conserver leurs dieux, de les faire fusionner avec la religion catholique, v ritable l gende vivante pour son quatre vingti me anniversaire, des foules s taient mass es place du Pelhourino, Bahia, pour un concert d hommage et d amiti donn par Gilberto Gil, Maria Bethania, Caetana Veloso , Jorge Amado s obstine pourtant rester l intrus dans la cit des lettres Je ne veux pas reposer en paix, je ne prends pas cong , je dis bient t, mes amis L heure n est pas encore venue de reposer sous les fleurs et les discours je sors vers le fr missement de la rue, Boris le rouge m accompagne Merci pour tout, je vais de l avant, je vais me divertir, ash. Je pouvoir me replonger dans Gabriela, girofle et cannelle Chronique d une ville de l Etat de Bahia, plein de charme et de sensualit. Bien, agr able lire mais bcp de noms etrangers se souvenir. Tr s bon livre racontant la vie au Br sil et notamment les conflits d int r ts dans les cacaoy res au d but du XX si cleTout cela avec une histoire d amour entre Gabri la et Nacib un syrien Gabriela, girofle et cannelle Jorge Amado Nous sommes en 1925 dans la petite ville de Ilh us dans l tat de Bahia au Br sil, o la culture du cacao est la ressource principale, assujettie aux al as de la m t orologie que le p re Basilio Cerqueira tente de fl chir par ses pri res en faveur des fazendeiros, grands propri taires fonciers appel s aussi colonels C est une poque de grande prosp rit et le Russe Jacob avec l aide du garagiste Moarcir et du financier exportateur de cacao Mundinho Falcao, cr e alors la premi re ligne de bus entre Ilh us et Itabuna distante de 35 kilom tres Nacib, Syrien d origine et patron du bar Le Vesuvio est abandonn par Filomena sa cuisini re alors qu il a choisi d organiser le grand repas d inauguration de la ligne Mundinho Falcao, riche et influent homme d affaires prend de plus en plus de place dans la vie d Ilh us au d triment de l intendant Ramiro Bastos aux m thodes d un autre temps Une petite guerre s instaure entre Mundinho et Ramiro Nacib a bien pens aux deux s urs jumelles Dos Reis, grandes et c l bres organisatrices de cr ches de No l baroques m lant le petit J sus Victor Hugo, L nine et Rudolf Valentino et s adonnant aussi la cuisine occasionnellement Quinquina la rondelette et Florzinha la fluette, deux petites vieilles guillerettes, totalisaient cent vingt huit ans d une virginit solide et indiscut e Mais Nacib renonce les embaucher en cuisine car les deux s urs sont trop gourmandes et demandent des appointements d raisonnables Elles fourniront seulement quelques plats pour d panner Nacib Ilh us, parler de la vie d autrui est l art supr me, le supr me plaisir, le principal divertissement de la ville Un art port un raffinement incroyable par les vieilles filles, une assembl e de langues vip rines r unie devant l glise l heure de la b n diction Mais pas seulement Nacib dans son bar prend aussi une part importante la collecte et la rediffusion des ragots Un art non sans danger quand les r volvers sont de sortie C est la r volution dans Ilh us lorsque d barque le prince Sandra, prestidigitateur ses heures accompagn d Anabela sublime danseuse aux sept voiles qui tombent les uns apr s les autres Anabela vers qui tous les regards concupiscents des hommes du bourg se tournent suscitant in vitablement des jalousies coupables Entrent alors en sc ne deux personnages importants Gabriela, venue pieds du nord, de l aride sertao de la r gion de R cife, avec un groupe de retirantes dont Clemente devenu son compagnon de route et de couche Et puis Gloria devenue la tentation supr me, car elle se met chaque jour la fen tre et pr sente aux passants comme en offrande, ses seins panouis, double motif de scandale pour les vieilles filles qui se rendent l glise, alimentant chaque jour les m mes conversations l heure vesp rale de la pri re Et pour Gloria, l tincelle de d sir entrevue dans les yeux des hommes est le seul bien qu elle re oive dans sa solitude Notamment dans les regards du po te professeur Josu Coup de th tre dans Ilh us le colonel Jesuino a tu do a Sinhazinha et le dentiste Osmundo Pimentel l heure tranquille de la sieste, il a d charg son r volver sur son pouse et sur l amant de celle ci, suite une lettre anonyme C est ainsi que cela se passe Ilh us l honneur d un mari tromp ne peut tre lav que dans le sang Ce que retiennent les bonnes gens d Ilh us et colportent l envi, c est que la do a a t retrouv e nue et seulement v tue de bas noirs C est l occasion de ressortir toutes les histoires de mari et de femmes tromp s dans la ville d Ilh us Nacib embauche Gabriela en qualit de cuisini re et ne se lasse pas de lui trouver toutes les qualit s, m me quand elle sommeille et qu il la regarde dormir se demandant comment une telle beaut avait pu passer inaper ue sous la poussi re des chemins, un corps de femme jeune couleur cannelle, des traits de fillette Un parfum de girofle emplissait la chambre, la chaleur qui montait du corps de Gabriela enveloppait Nacib et lui br lait la peau, tandis que sur le lit mourait un rayon de lune La fr quentation du V suvio ne cesse d augmenter gr ce Gabriela, pour sa cuisine et aussi son d hanch qui fait se tourner tous les regards masculins quand elle sert au bar Nacib finit par se demander si certains ne lui feraient pas la cour quand Tonico Bastos le met en garde s il veut la garder pour lui Gabriela n est pas envieuse et respecte Nacib elle se contente de simples robes et quelques bijoux bon march qu il lui offre, avec un bon salaire la cl Mais Gabriela a fait perdre Nacib sa tranquillit , sa joie, son go t de vivre car il a peur de la perdre Et s il l pousait comme le lui sugg re son ami Tonico, puisqu il l aime d un amour jaloux et sans bornes Ensuite il pourrait monter le restaurant dont il r ve dont elle s occuperait Et puis le r ve ultime c est d acqu rir un jour une plantation de cacao Mais la belle Gabriela est une jeune femme libre, simple et ind pendante La suite va conduire d une part une guerre entre Mundinho et Bastos, et une incompr hension entre Nacib et Gabriela Le style de Jorge Amado fait un peu penser celui de G G Marquez, avec les m mes envol es lyriques baroques et jubilatoires, dr les et pleines d humour et d ironie dans un monde sud am ricain incomparable aux personnages truculents et hauts en couleurs Et une foule de petites histoires avec beaucoup de personnages venant se greffer sur l intrigue principale que l on perd parfois un peu de vue, avec quelques longueurs dans l vocation des p rip ties politiques qui animent la vie Ilh us Mais qu importe, la vie est ainsi faite et notre plaisir de lecture renouvel chaque nouvelle histoire Un tr s beau roman, original et bien traduit du portugais br silien Jorge Amado 1912 2001 fut sans conteste le plus grand ma tre de la litt rature br silienne du XXe si cle. J ai achet ce livre parce que j en avais lu une critique dithyrambique Bon, je m attendais mieux Amado d crit probablement de fa on juste et pr cise l ambiance far west des premiers planteurs de cacao, au Br sil, dans ce d but du XX me si cle, o tout se r gle par l assassinat, une justice plus qu exp ditive, et machiste Il y a pl thore de personnages, certains attachants, mais, on s y perd Et l histoire tra ne en longueur J ai lu Toca a grande il y a plus de 20 ans J avais class ce roman parmi les chefs d oeuvre de la litt rature sud am ricaine Gabriela est le cinqui me opus de l auteur que j ai lu Bien que n accordant pas un cr dit aveugle aux prix, je m tonne que Jorge Amado n ai pas re u un Nobel peut tre n tait t il pas au bon endroit au bon moment Tout est bon chez cet auteur construction d une saga partir de tranches de vies, observation tr s fine et corrosive des moeurs, couleurs.etc.Bien des auteurs nord am ricains devraient s inspirer d une telle verve jamais indigeste, introspective ou nombriliste Inutile de pr ciser que je replongerai un de ces jours dans le fleuve Amado Le sujet n est pas enti rement nouveau pour l auteur puisque l histoire se d roule dans une petite ville de la r gion de Bahia dont est originaire l auteur l poque du boom conomique apport par la production du cacao. Un livre dr le et mouvant, dans un sc nario br silien Humour, roman, histoire, tout se m lange Impossible ne pas tomber amoureux de Gabriela d couvrir